1. EVOLUTION GLOBALE DES ECHANGES

Les exportations de marchandises du Bénin ont connu une hausse de 120,0 % au cours du premier trimestre 2020, évaluées à 160,7 milliards de FCFA (528 148,6 tonnes), contre 73,0 millards de FCFA un trimestre plus tôt.

Comparativement au premier trimestre 2019, on note également une hausse de 6,7% de la valeur totale des exportations. Les ventes de biens locaux à l'extérieur s'élevaient, en effet, à 150,6 milliards de FCFA (356 820,7 tonnes) au premier trimestre 2019. Les produits ayant contribué principalement à cette augmentation sont : les «tourteaux et autres résidus solides (à l'exception des drêches), même broyés ou agglomérés sous forme de pellets, de l'extraction de graisses ou huiles de graines oléagineuses, de fruits oléagineux ou de germes de céréales) » (2,2 points de pourcentage), les « fèves de soja » (1,9 point de pourcentage), les « graines et fruits oléagineux, n.d.a. » (1,6 point de pourcentage) et les « ciments hydrauliques (y compris les ciments non pulvérisés dits clinkers ), même colorés » (1,4 point de pourcentage).

Les importations de marchandises ont par contre, regressé de 6,3%. Au premier trimestre 2020, elles sont évaluées à 300,4 milliards de FCFA (912 205,0 tonnes).

En glissement annuel, les acquisitions de biens ont également baissé de 42,4%. La valeur des achats à l’extérieur était, en effet, de 521,2 milliards de FCFA au premier trimestre 2019. Ce repli est expliqué par le recul des importations du « riz semi-blanchi, même poli, glacé, étuvé ou converti (y compris le riz en brisures) » (-22,8 points de pourcentage), des « butanes liquéfiés » (-4,9 points de pourcentage), des « engrais, n.d.a. » (-2,9 points de pourcentage), de l’« huile de palme et ses fractions » (-2,3 points de pourcentage), et les « viandes et abats comestibles, frais, réfrigérés ou congelés, des volailles du sous-groupe 001.4 » (-1,4 point de pourcentage).

 

Principaux produits échangés

La valeur totale des dix (10) principaux produits exportés au cours du premier trimestre 2020 s’élève à 136,3 milliards de FCFA (474 557,0 tonnes), soit 84,8% de la valeur des exportations trimestrielles.

Le « coton (à l'exclusion des linters), non cardé ni peigné » est largement en tête des ventes à l’extérieur du trimestre affichant une valeur de 87,7 milliards de FCFA (94 226,1 tonnes). Il est suivi des « graines et fruits oléagineux, n.d.a. », vendus pour un montant total de 11,7 milliards de FCFA (40 201,6 tonnes) et des « groupes électrogènes », pour une valeur globale de 9,1 milliards de FCFA (1 841,0 tonnes).

Lire le bulletin

Secteur primaire

 

…porté par l’agriculture, en particulier le coton, les céréales et les tubercules

 

En 2019, le secteur primaire a augmenté de 5,2% contre 7,3% en 2018, contribuant pour 1,5 point à la croissance du PIB en 2019. Le secteur est principalement tiré par l’agriculture (+1,1 de contribution à la croissance du PIB en 2019). Cette performance agricole est obtenue en raison des fortes productions de coton, de céréales et de tubercules.

Au 4e trimestre 2019, le secteur primaire a cru de 3,7% en glissement annuel, toujours sous l’impulsion de l’agriculture. Le secteur primaire a contribué pour 1,2 point à la croissance du PIB au 4e trimestre 2019.

 

Téléchargez le bulletin Word

Téléchargez le bulletin Pdf

Quasi-stabilité des créations d’entreprises en Mars 2020

 

En Mars 2020, le nombre total d’entreprises immatriculées tous types confondus est quasi stable avec 2485 créations, contre 2481 le mois précédent.

Sur les trois derniers mois, les immatriculations d’entreprises se sont fortement accrues (+59,8%).

En glissement annuel, les immatriculations d’entreprises ont baissé de 34,5%. 

Tableau 1 : Evolution du nombre de créations d'entreprises

 

Mars-

19

Déc-

19

Janv-

20

Févr-

20

Mars-

20

Variations en glissement (%)

1 mois

3 mois

12 mois

Immatriculations

3793

1555

2369

2481

2485

0,2

59,8

-34,5

 

Source : INSAE à partir des données de la Direction Générale des Impôts (DGI)

Télécharger le bulletin

 

 

Dans le contexte de mondialisation et d’intégration des marchés où le Bénin est soumis à l’interaction de ses partenaires commerciaux, les flux commerciaux du pays ont connu de fortes variabilités dans le temps. L’analyse des échanges du Bénin avec le reste du monde pour l’année 2019 révèle des faits marquants qui se présentent ainsi qu’il suit :

  • la situation du déficit commercial s’est sensiblement améliorée, passant de 1102,9 à 1001,9 Milliards FCFA entre 2018 et 2019, soit une réduction du déficit de 9,2% ;
  • le montant des exportations se chiffre à 498,4 Milliards FCFA contre 1695,2 Milliards FCFA d’achat à l’extérieur, soit un taux de couverture de 29,4% ;
  • les ventes et les achats à l’étranger ont connu respectivement un repli (-8,0% pour les achats et -5,7% pour les ventes) par rapport à 2018 ;
  • pour les ventes à l’étranger, l’Asie est la première destination avec plus de deux tiers (68,0%) de la valeur totale. L’Afrique avec un cinquième des exportations (21,1%) occupe la deuxième place ;
  • pour les achats à l’étranger, l’Asie (42,6%) occupe la première place devant l’Europe (27,0%) et l’Afrique (24,6%) ;
  • les exportations du Bénin vers les autres pays de l’UEMOA ont connu une augmentation de 17,2% par rapport à 2018. Cependant, elles ont connu un repli de 8,9% au niveau de la zone CEDEAO, du fait de la forte contraction (-32,4%) des exportations vers le Nigeria en 2019 ;
  • le repli d’un cinquième (-19,7%) des flux commerciaux avec le Nigeria en 2019 s’est traduit par une légère contraction des importations en provenance de l’espace CEDEAO ;
  • le « coton, non cardé ni peigné », vendu pour un montant de 263,9 Milliards de FCFA, occupe la première place, viennent ensuite « les noix de coco, noix du brésil et noix de cajou, fraîches ou sèches, même sans leur coque » ;
  • le « riz » (19,7%) est le premier produit acheté de l’extérieur, il est suivi des « huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux, autres que les huiles brutes ; préparations » (12,6%) et de l’« énergie électrique » (4,9%) ;
  • les importations du riz ont connu une baisse de 31,2% par rapport à 2018.
  • les dix partenaires les plus représentatifs dans les exportations du Bénin en 2019 sont le Bangladesh (26,9%), l’Inde (14,2%), le Vietnam (10,6%), la Chine (7,5%), le Nigéria (5,8%), le Danemark (3,6%), l’Egypte (3,5%), le Niger (3,2%), la Malaisie (3,0%) et le Burkina Faso (2,4%) ; enfin,
  • les dix partenaires les plus représentatifs dans les importations du Bénin en 2019 sont l’Inde (13,6%), la Chine (10,9%), le Togo (11,3%), la France (9,1%), la Thaïlande (5,7%), la Belgique (3,9%), les Emirats Arabes Unis (3,6%), le Maroc (3,0%), les Pays-Bas (2,7%), la Fédération de Russie (2,7%).

Téléchargez le rapport

Le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE a procédé, dans la matinée de ce jeudi 02 avril 2020, à l’installation des nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE).  La cérémonie a eu lieu dans la salle de conférence du Ministère. L’installation du nouveau Conseil d’Administration de l’INSAE s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions administratives prises par le Conseil des Ministres en sa session du 12 février 2020.

A l’ouverture de la séance, le Directeur Général de l’INSAE Monsieur Laurent HOUNSA a fait lecture du décret n°2020-073 portant modification des statuts de l’INSAE et le décret n°2020-074 portant nomination des membres du Conseil d’Administration de l’Institut.

 « La restructuration du Conseil d’Administration participe à l’effort que nous avons engagé pour réformer l’INSAE lui-même. L’ambition est d’en faire l’un des meilleurs instituts de l’Afrique. Nous avons aussi le conseil scientifique qui va recommencer à jouer son rôle. », a indiqué le Ministre d’Etat Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE dans son intervention.

Le nouveau Conseil d’Administration de l’INSAE comprend sept membres et est présidé par Madame Djaoudath ALIDOU DRAMANE. Son mandat est de trois ans renouvelable une fois.

LISTE DES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’INSAE

1-            Madame Djaoudath ALIDOU DRAMANE (Présidente), représentante du Ministère du Plan et du Développement

2-            Monsieur Moïse Achille HOUSSOU, représentant du de la Présidence de la République

3-            Monsieur Aristide MEDENON, représentant du Ministère de l’Economie et des Finances

4-            Monsieur Dossa AGUEMON, représentant du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche

5-            Monsieur Désiré SOUKPO, représentant du Ministère du Numérique et de la Digitalisation

6-            Monsieur Janvier Polycarpe ALOFA, représentant du Programme des Nations-Unies pour le Développement

7-            Monsieur Didier NOUKPO, représentant de la Direction Nationale de la BCEAO.

En respect des instructions du gouvernement béninois dans le cadre de la gestion de la pandémie du coronavirus (COVID-19), l’INSAE s’est résolument engagé dans l’organisation des réunions en vidéoconférence.

A cet effet, depuis le lundi 23 mars 2020, la première réunion du Comité de Direction (Codir) de l’Institut s’est tenue à travers cette plateforme et a permis de faire le point de l’exécution des tâches assignées aux différentes directions. A la suite de celle-ci, une deuxième réunion du Codir en vidéoconférence a eu lieu le lundi 30 mars 2020 et a permis de corriger les dysfonctionnements constatés.

Cette expérience mérite d’être désormais classée dans les pratiques traditionnelles de l’Institut.

Le Conseil des Ministres de ce mercredi 12 février 2020 a adopté les décrets portant attributions, organisation et fonctionnement de Ministère du Plan et du Développement ainsi que  les statuts de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE) au titre des mesures normatives. Le Conseil s'est penché également sur la nomination puis l'approbation des membres du Conseil d'Administration de l'Institut. 

Pour rappel, créé par l’ordonnance n°73-72 du 16 octobre 1973, puis modifié par le décret n°97-168 du 07 avril 1997, l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique dont les statuts ont encore changé, est un établissement public à caractère scientifique.  L’INSAE est doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière et a pour missions de : rassembler, dépouiller, analyser et présenter au Gouvernement dans les délais convenus des statistiques sûres scientifiquement élaborées. L’institut produit et aide à produire les renseignements chiffrés utiles à la prise de décision et à la gestion.

Placée sous le thème « Restructuration du Système Statistique National : pour une modernisation de l’appareil statistique du Bénin », la deuxième session ordinaire de l’année 2019 du Conseil National de la Statistique (CNS) a ouvert ses travaux le vendredi 27 décembre 2019 dans les locaux de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE). Cette session, la dernière de l’année, intervient après la précédente tenue le 17 septembre 2019. Elle constitue l’aboutissement d’un travail collectif considérable entrepris depuis 2016 avec l’élaboration de la troisième Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (2019-2022), selon le Directeur Général de l’INSAE, Laurent Mahounou HOUNSA. Lequel travail est poursuivi par l’élaboration d’un programme du Système Statistique National. Cette deuxième session ordinaire de l’année 2019 est appelée à jouer un rôle primordial pour l’avenir du Système Statistique National. C’est pourquoi, dira le Directeur de Cabinet représentant le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, elle a pour objectif principal de débattre de questions très importantes afférentes aux cadres juridiques et opérationnels de la mise en œuvre du programme de restructuration du Système National Statistique National. La réussite dudit programme nécessite l’adhésion et l’engagement de tous les acteurs du Système, a indiqué Ruffino d’Almeida. Il rassure de la parfaite adhésion des partenaires techniques et financiers aux orientations envisagées dans ledit programme de restructuration. Avant de déclarer ouverts les travaux de la 2ème session ordinaire du Conseil National de la Statistique au titre de l’année 2019.

Cell/Com-INSAE

Le Directeur de Cabinet du Ministre d'État chargé du Plan et du Développement a procédé, le mardi 24 décembre 2019 à Sun Beach Hôtel, à la cérémonie officielle de dissémination des résultats de l'Enquête Régionale Intégrée sur l'Emploi et le Secteur Informel (ERI-ESI), édition 2018. 

Suite à la signature d'une convention entre AFRISTAT et la Commission de l'UEMOA, il est mis en oeuvre les activités du Programme Statistique Régional 2015-2020 dont l'enquête sur l'emploi, le secteur informel et la gouvernance paix et sécurité dans tous les États membres de l'UEMOA. La réalisation des travaux de cette enquête a permis : dans son volet emploi, de disposer des informations sur la situation de l'emploi dans la population et dans son volet informel, de mesurer l'activité économique dans les petites unités de production informelle. L'ERI-ESI 2018 étant uniformisée pour l'ensemble des pays de l'UEMOA, ces indicateurs sont fondés sur des définitions des recommandations par le Bureau International du Travail (BIT). Soulignons que l'Enquête sur l'emploi, le secteur informel, la gouvernance, paix et sécurité a couvert, sur l'ensemble du territoire national, un échantillon de 10200 ménages répartis dans 680 grappes.

>> Lire le rapport

Calendrier des Événements, Séminaires ou Ateliers

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Galerie photos et vidéos