La présente note porte sur les résultats de l’Enquête Harmonisée sur les Conditions deLa présente note porte sur les résultats de l’Enquête Harmonisée sur les Conditions deVie des Ménages (EHCVM) réalisée dans les huit Etats membres de l’UEMOA en 2018-2019.La collecte des données de la première édition de cette enquête s’est déroulée selon uneméthodologie harmonisée dans les huit Etats membres en deux vagues, dont lapremière vague a eu lieu de septembre à décembre 2018 et la deuxième d’avril à juillet2019. Pour chaque vague, la collecte a porté sur la moitié de l’échantillon (4020 ménagespour 335 grappes). L’approche en deux vagues a été retenue afin de prendre en comptela saisonnalité de la consommation.L’analyse spatiale des résultats de cette enquête ne peut atteindre un niveau plus fin quele département, qui couplé au milieu de résidence, ont été définis comme strates dansle tirage de l’échantillon. Les travaux complémentaires permettront de disposer desinformations jusqu’au niveau commune comme dans l’enquête EMICoV.

Consulter la note...

Les travaux menés avec l’appui technique d’AFRISTAT ont permis de mettre en place les Indices du Chiffre d’Affaires (ICA) pour les années de référence 2015 à 2019, et les ICA des années de référence, chainés à l’année de base 2015. Ces indices sont calculés sur la période allant du premier trimestre 2017 au premier trimestre 2020. Ils sont présentés dans le commerce par divisions et par groupes, dans les autres services par sections et par divisions.

Télécharger le bulletin

Un repli dans la création d’entreprises

En avril 2020, le nombre total d’entreprises immatriculées tous types confondus est estimé à 2 056 (données brutes) et à 2 249 après 2 382 au mois de mars en données CVS, soit une baisse de 5,6%. Sur les trois derniers mois, les immatriculations d’entreprises sont restées quasiment stables (+0,9%). Par contre, comparées au même mois de l’année précédente, les immatriculations d’entreprises ont fortement baissé

(-37,2%).

Sur les douze derniers mois (mois d’avril 2020 inclus), les immatriculations sont passées de 3 810 en mai 2019 (pic enregistré sur la période)  à 2 056 en avril 2020 (données brutes), après avoir atteint son niveau minimum en décembre 2019 (établi à 1 555), soit une moyenne de 2 504 entreprises immatriculées par mois.

Téléchargez le Bulletin

Hausse continue de l’indice des prix à la production des produits agricoles

L’indice des prix à la production des produits vivriers s’est établi à 112 au 1er trimestre 2020 (voir graphique n°1), soit une hausse de 6,0% en variation trimestrielle. Cette évolution est principalement due à l’accroissement des indices des racines et tubercules (+7,4) et des cultures maraîchères (+55,5%), modérée par la baisse des indices de céréales (-34,0%) et des légumineuses (-8,7%).

En glissement annuel, on observe également une hausse de 6,6%, en raison des augmentations des indices des racines et tubercules (+17,4%).

Graphique 1 : Evolution Indices Prix Produits Vivriers

   Source : INSAE, 2020

Télécharger le bulletin

  1. EVOLUTION GLOBALE DES ECHANGES

Les exportations de marchandises du Bénin ont connu une hausse de 120,0 % au cours du premier trimestre 2020, évaluées à 160,7 milliards de FCFA (528 148,6 tonnes), contre 73,0 millards de FCFA un trimestre plus tôt.

Comparativement au premier trimestre 2019, on note également une hausse de 6,7% de la valeur totale des exportations. Les ventes de biens locaux à l'extérieur s'élevaient, en effet, à 150,6 milliards de FCFA (356 820,7 tonnes) au premier trimestre 2019. Les produits ayant contribué principalement à cette augmentation sont : les «tourteaux et autres résidus solides (à l'exception des drêches), même broyés ou agglomérés sous forme de pellets, de l'extraction de graisses ou huiles de graines oléagineuses, de fruits oléagineux ou de germes de céréales) » (2,2 points de pourcentage), les « fèves de soja » (1,9 point de pourcentage), les « graines et fruits oléagineux, n.d.a. » (1,6 point de pourcentage) et les « ciments hydrauliques (y compris les ciments non pulvérisés dits clinkers ), même colorés » (1,4 point de pourcentage).

Les importations de marchandises ont par contre, regressé de 6,3%. Au premier trimestre 2020, elles sont évaluées à 300,4 milliards de FCFA (912 205,0 tonnes).

En glissement annuel, les acquisitions de biens ont également baissé de 42,4%. La valeur des achats à l’extérieur était, en effet, de 521,2 milliards de FCFA au premier trimestre 2019. Ce repli est expliqué par le recul des importations du « riz semi-blanchi, même poli, glacé, étuvé ou converti (y compris le riz en brisures) » (-22,8 points de pourcentage), des « butanes liquéfiés » (-4,9 points de pourcentage), des « engrais, n.d.a. » (-2,9 points de pourcentage), de l’« huile de palme et ses fractions » (-2,3 points de pourcentage), et les « viandes et abats comestibles, frais, réfrigérés ou congelés, des volailles du sous-groupe 001.4 » (-1,4 point de pourcentage).

 

Principaux produits échangés

La valeur totale des dix (10) principaux produits exportés au cours du premier trimestre 2020 s’élève à 136,3 milliards de FCFA (474 557,0 tonnes), soit 84,8% de la valeur des exportations trimestrielles.

Le « coton (à l'exclusion des linters), non cardé ni peigné » est largement en tête des ventes à l’extérieur du trimestre affichant une valeur de 87,7 milliards de FCFA (94 226,1 tonnes). Il est suivi des « graines et fruits oléagineux, n.d.a. », vendus pour un montant total de 11,7 milliards de FCFA (40 201,6 tonnes) et des « groupes électrogènes », pour une valeur globale de 9,1 milliards de FCFA (1 841,0 tonnes).

Lire le bulletin

Secteur primaire

 

…porté par l’agriculture, en particulier le coton, les céréales et les tubercules

 

En 2019, le secteur primaire a augmenté de 5,2% contre 7,3% en 2018, contribuant pour 1,5 point à la croissance du PIB en 2019. Le secteur est principalement tiré par l’agriculture (+1,1 de contribution à la croissance du PIB en 2019). Cette performance agricole est obtenue en raison des fortes productions de coton, de céréales et de tubercules.

Au 4e trimestre 2019, le secteur primaire a cru de 3,7% en glissement annuel, toujours sous l’impulsion de l’agriculture. Le secteur primaire a contribué pour 1,2 point à la croissance du PIB au 4e trimestre 2019.

 

Téléchargez le bulletin Word

Téléchargez le bulletin Pdf

Quasi-stabilité des créations d’entreprises en Mars 2020

 

En Mars 2020, le nombre total d’entreprises immatriculées tous types confondus est quasi stable avec 2485 créations, contre 2481 le mois précédent.

Sur les trois derniers mois, les immatriculations d’entreprises se sont fortement accrues (+59,8%).

En glissement annuel, les immatriculations d’entreprises ont baissé de 34,5%. 

Tableau 1 : Evolution du nombre de créations d'entreprises

 

Mars-

19

Déc-

19

Janv-

20

Févr-

20

Mars-

20

Variations en glissement (%)

1 mois

3 mois

12 mois

Immatriculations

3793

1555

2369

2481

2485

0,2

59,8

-34,5

 

Source : INSAE à partir des données de la Direction Générale des Impôts (DGI)

Télécharger le bulletin

 

 

Dans le contexte de mondialisation et d’intégration des marchés où le Bénin est soumis à l’interaction de ses partenaires commerciaux, les flux commerciaux du pays ont connu de fortes variabilités dans le temps. L’analyse des échanges du Bénin avec le reste du monde pour l’année 2019 révèle des faits marquants qui se présentent ainsi qu’il suit :

  • la situation du déficit commercial s’est sensiblement améliorée, passant de 1102,9 à 1001,9 Milliards FCFA entre 2018 et 2019, soit une réduction du déficit de 9,2% ;
  • le montant des exportations se chiffre à 498,4 Milliards FCFA contre 1695,2 Milliards FCFA d’achat à l’extérieur, soit un taux de couverture de 29,4% ;
  • les ventes et les achats à l’étranger ont connu respectivement un repli (-8,0% pour les achats et -5,7% pour les ventes) par rapport à 2018 ;
  • pour les ventes à l’étranger, l’Asie est la première destination avec plus de deux tiers (68,0%) de la valeur totale. L’Afrique avec un cinquième des exportations (21,1%) occupe la deuxième place ;
  • pour les achats à l’étranger, l’Asie (42,6%) occupe la première place devant l’Europe (27,0%) et l’Afrique (24,6%) ;
  • les exportations du Bénin vers les autres pays de l’UEMOA ont connu une augmentation de 17,2% par rapport à 2018. Cependant, elles ont connu un repli de 8,9% au niveau de la zone CEDEAO, du fait de la forte contraction (-32,4%) des exportations vers le Nigeria en 2019 ;
  • le repli d’un cinquième (-19,7%) des flux commerciaux avec le Nigeria en 2019 s’est traduit par une légère contraction des importations en provenance de l’espace CEDEAO ;
  • le « coton, non cardé ni peigné », vendu pour un montant de 263,9 Milliards de FCFA, occupe la première place, viennent ensuite « les noix de coco, noix du brésil et noix de cajou, fraîches ou sèches, même sans leur coque » ;
  • le « riz » (19,7%) est le premier produit acheté de l’extérieur, il est suivi des « huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux, autres que les huiles brutes ; préparations » (12,6%) et de l’« énergie électrique » (4,9%) ;
  • les importations du riz ont connu une baisse de 31,2% par rapport à 2018.
  • les dix partenaires les plus représentatifs dans les exportations du Bénin en 2019 sont le Bangladesh (26,9%), l’Inde (14,2%), le Vietnam (10,6%), la Chine (7,5%), le Nigéria (5,8%), le Danemark (3,6%), l’Egypte (3,5%), le Niger (3,2%), la Malaisie (3,0%) et le Burkina Faso (2,4%) ; enfin,
  • les dix partenaires les plus représentatifs dans les importations du Bénin en 2019 sont l’Inde (13,6%), la Chine (10,9%), le Togo (11,3%), la France (9,1%), la Thaïlande (5,7%), la Belgique (3,9%), les Emirats Arabes Unis (3,6%), le Maroc (3,0%), les Pays-Bas (2,7%), la Fédération de Russie (2,7%).

Téléchargez le rapport

Le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE a procédé, dans la matinée de ce jeudi 02 avril 2020, à l’installation des nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE).  La cérémonie a eu lieu dans la salle de conférence du Ministère. L’installation du nouveau Conseil d’Administration de l’INSAE s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions administratives prises par le Conseil des Ministres en sa session du 12 février 2020.

A l’ouverture de la séance, le Directeur Général de l’INSAE Monsieur Laurent HOUNSA a fait lecture du décret n°2020-073 portant modification des statuts de l’INSAE et le décret n°2020-074 portant nomination des membres du Conseil d’Administration de l’Institut.

 « La restructuration du Conseil d’Administration participe à l’effort que nous avons engagé pour réformer l’INSAE lui-même. L’ambition est d’en faire l’un des meilleurs instituts de l’Afrique. Nous avons aussi le conseil scientifique qui va recommencer à jouer son rôle. », a indiqué le Ministre d’Etat Monsieur Abdoulaye BIO TCHANE dans son intervention.

Le nouveau Conseil d’Administration de l’INSAE comprend sept membres et est présidé par Madame Djaoudath ALIDOU DRAMANE. Son mandat est de trois ans renouvelable une fois.

LISTE DES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE L’INSAE

1-            Madame Djaoudath ALIDOU DRAMANE (Présidente), représentante du Ministère du Plan et du Développement

2-            Monsieur Moïse Achille HOUSSOU, représentant du de la Présidence de la République

3-            Monsieur Aristide MEDENON, représentant du Ministère de l’Economie et des Finances

4-            Monsieur Dossa AGUEMON, représentant du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche

5-            Monsieur Désiré SOUKPO, représentant du Ministère du Numérique et de la Digitalisation

6-            Monsieur Janvier Polycarpe ALOFA, représentant du Programme des Nations-Unies pour le Développement

7-            Monsieur Didier NOUKPO, représentant de la Direction Nationale de la BCEAO.

Calendrier des Événements, Séminaires ou Ateliers

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Galerie photos et vidéos